Maria Isabel SoldevilaMaría Isabel Soldevila est journaliste. Elle est directrice de la communication à l’IEE-ULB depuis 2017. Elle a obtenu un Master en journalisme en 2004 en tant que bénéficiaire de la Bourse Fulbright à l’Université de Columbia. Elle a été Knight-Wallace Fellow à l’Université du Michigan, Ann Arbor (2015). Pendant dix ans elle a coordonné la Chaire UNESCO pour la Communication, la Démocratie et la Gouvernance sur ses terres natales à Saint-Domingue en République Dominicaine. Elle a récemment été diplômée du Master Exécutif en Etudes européennes de l’IEE.


La communication de l’Union européenne en période de contestation

Les réorientations stratégiques de la Commission européenne pour informer et convaincre

Le défi de la légitimité

Les années qui ont conduit à la crise de la zone euro de 2010, puis au référendum du Brexit en 2016 ont été un bouillon de culture pour les partis politiques populistes, la désaffection citoyenne, mais aussi avec l’émergence de la désinformation en ligne (les « fake news »). C’est ce mélange bouillonnant qui a remis en cause le projet européen et l’a bouleversé en son noyau.

La légitimation du projet européen a constamment été au centre des préoccupations de la Commission européenne, surtout en période de contestation. Cette idée sous-jacente d’un manque de communication autour des bienfaits de l’Union européenne et de la construction européenne est permanente. Ce qu’est, et ce que fait l’Union européenne, sont au centre de ce désamour de la part de ses citoyens.

Une analyse qualitative de la communication stratégique de la Commission européenne de 2004 à 2019 nous montre qu’un des objectifs principaux des efforts de communication a aussi été le dialogue avec les citoyens. Celui-ci s’est fait lentement, de manière évolutive et dans un processus d’échanges permanents. Ceci a influé sur la structure de la communication et les approches mises en place par la Commission, ainsi que les outils mobilisés pour atteindre au mieux les citoyens.

Pour lire l’intégralité de cet article (en anglais), cliquez ici :

Read more