Le Traité sur l’Union européenne (TUE) signé à Maastricht le 7 février 1992 a été imaginé comme un acte de refondation du projet d’intégration européenne.

Résultat de nombreux compromis, il était censé répondre à de nombreux défis parmi lesquels le déficit démocratique qui menaçait la légitimité de la construction européenne et le rôle de l’UE sur la scène internationale après la chute du mur de Berlin.

Sur le plan politique, le Traité ouvre la voie à une démocratisation progressive de la prise de décision au niveau européen

Sur le plan économique, il met les bases de l’Union économique et monétaire (UEM), dont les faiblesses ont été longuement débattues dans le contexte de la crise de la zone euro.

A Maastricht, les élites politiques ont marqué leur accord pour élargir le champ d’action de l’Union à une série de nouveaux domaines, pour la plupart au cœur de la souveraineté nationale, comme les politiques économiques et sociales, sans pour autant attribuer de nouvelles compétences aux institutions supranationales. Depuis, l’intégration européenne est davantage politisée et contestée. Le Traité marque le début d’une nouvelle phase – davantage intergouvernementale – en raison de la réticence accrue des gouvernements nationaux à poursuivre l’intégration par la voie de la supranationalisation (Bickerton et al 2015).

La contribution des chercheurs de l’IEE

À l’occasion du 28e anniversaire de la ratification du Traité, revenons sur les publications de nos chercheurs affiliés à l’IEE et leur analyse sur le sujet :

  • Brack, N. & Costa, O. (2018), How the EU Really Works (2nd ed), Routledge, 330p, ISBN: 9780815370475.
  • Brack, N. & Costa, O. (2017), Le fonctionnement de l’Union européenne, Editions de l’Université de Bruxelles, 464p, ISBN: 978-2-8004-1622-9.
  • Bribosia, E., Joncheray, N., Navasartian Havani, A. & Weyembergh, A. (2019), L’Europe au Kaléidoscope. Liber Americorum Marianne Dony, 518p, EAN 9782800417080, .
  • Coman, R., Fromont, L. & Weyembergh, A. (eds., 2019), Les solidarités européennes: Entre enjeux, tensions et reconfigurations, Bruylant Edition, 436 p, ISBN-10: 2802764985.
  • Crespy, A. (2019), L’Europe sociale. Acteurs, politiques, débats, Les Editions de l’Université de Bruxelles, 310 p, ISBN: 978-2-8004-1642-7.
  • Dony, M. (2018), Droit de l’Union européenne (7ième ed.), Editions de l’Université de Bruxelles, ISBN 978-2-8004-1631-1, 816 p.
  • Grevi, G., Weyembergh, A., Ponjaert, F. & De Waele, J.-M. (2019), Rethinking the European Union and its Global Role from the 20th to the 21st Century. Liber Amicorum Mario Telò, Collection Etudes européennes, 310 p, ISBN: 978-2-8004-1641-0.
  • Weyembergh, A. & Telò, M. (eds., 2020), Supranational Governance at Stake – The EU’s External Competences caught between Complexity and Fragmentation (1st ed.), Routledge, 320 p, ISBN: 9780367821203.
  • Coman, R. (2020), Configuring the Rule of Law in the EU Polity: Between supranationality and sovereignty, in: Supranational Governance at Stake – The EU’s External Competences caught between Complexity and Fragmentation (eds. Weyembergh, A. & Telò, M., 1st ed.), Routledge.
  • Telò, M. & Weyembergh, A. (2020), Supranationality and Sovereignty in an Era of Increasing Complexity and Fragmentation, in: Supranational Governance at Stake – The EU’s External Competences caught between Complexity and Fragmentation (eds. Weyembergh, A. & Telò, M., 1st ed.), Routledge.
  • Brack, N., Coman, R. & Crespy, N. (2019), Unpacking old and new conflicts of sovereignty in the European polity, Journal of European Integration 41(7): 817-832.
  • Coman, R. & Leconte, C. (2019), Contesting EU authority in the name of European identity: the new clothes of the sovereignty discourse in Central Europe, Journal of European Integration 41(7): 855-870.
  • Foret, F. & Markoviti, M. (2019), The EU counter-radicalisation strategy as “business as usual”? How European political routine resists radical religion, Journal of European Integration, 17p.
  • Brack, N. Coman, R. & Crespy, A. (2019) Sovereignty conflicts in the European Union, Cahier du Cevipol / Brussels Working Papers, n° 4/2019.