Institut d'etudes Européennes
De l'Université libre de Bruxelles


La dimension historique du Brexit: conférence du Prof. K.K. Patel

En 2016, le Royaume-Uni est devenu le premier Etat-membre à décider de sortir de l’Union européenne. Pour Kiran Patel, orateur invité à la séance de rentrée académique de l'IEE cette année, les sorties et tentatives de sorties de l’Union européenne n’ont jusqu’ici été que peu étudiées. Pourtant, l’histoire de cette désintégration partielle de l’Union européenne offre de nombreux points de comparaison dont il est possible de tirer des leçons. Les sorties de la Communauté européenne du Groenland en 1985 ou de l’Algérie en 1962 constituent des précédents historiques interpelant.

En 2016, le Royaume-Uni est devenu le premier Etat-membre à décider de sortir de l’Union européenne. Pour Kiran Patel, les sorties et tentatives de sorties de l’Union européenne n’ont jusqu’ici été que peu étudiées. Pourtant, l’histoire de cette désintégration partielle de l’Union européenne offre de nombreux points de comparaison dont il est possible de tirer des leçons.

Les sorties de la Communauté européenne du Groenland en 1985 ou de l’Algérie en 1962 constituent des précédents historiques interpelant. En effet, l’histoire de l’unification européenne est animée par une juxtaposition de forces centrifuge et centripète qui sont toujours à l’œuvre aujourd’hui. Les crises de souveraineté en Catalogne, Ecosse ou encore Vénétie attestent de la prégnance actuelle de ces dynamiques.

Les dimensions historiques du Brexit soulevées par Kiran Patel reflètent la relation complexe entre les processus d’intégration et de désintégration qui émaillent la construction européenne. Les cas du Groenland et de l’Algérie sont exemplatifs de cette double dimension où la quête de souveraineté et d’indépendance s’accompagne d’une volonté de relations étroites avec l’ancienne Communauté européenne au travers d’accords d’association.

Après le Brexit, l’hypothèse du Commonwealth comme projet alternatif soutenue par Theresa May dans son discours du 17 janvier 2017 constitue pour Kiran Patel un rappel de l’importance et du poids du passé colonial dans l’histoire de l’intégration européenne. Les sorties de l’Algérie et dans une moindre mesure celle du Groenland sont là pour nous le rappeler.

Il en est de même pour l’île de Saint-Barthélemy en 2012 ou des controverses autour du statut de Gibraltar illustrant à quel point l’Union européenne demeure hantée par le passé tourmenté du vieux continent. Aux yeux de Kiran Patel, ces différents exemples ainsi que l’histoire récente du Brexit et autres sorties potentielles de l’Union européenne démontrent la nécessité de dépasser la lecture linéaire de l’histoire de l’intégration européenne qui mènerait à une unité toujours plus forte et de s’intéresser aux dynamiques d’indépendance qui participe à cette histoire.

 

 Nicolas Verscueren
Historien.
Coordinateur de la finalité Histoire et cultures d'Europe
Master en Études Européennes