Institut d'etudes Européennes
De l'Université libre de Bruxelles


Carte blanche à Mario Telo : L’Allemagne et l’Europe : affaire à suivre

Contrairement au climat anglo-américain, le climat politique de l‘Europe continentale a-t ’-il changé par rapport aux scenarios cauchemardesques de 2016? Pas tout à fait, après les élections allemandes du dimanche 24 septembre 2017. Une réflexion s’impose sur l’Allemagne et l’Europe vu la confusion qui règne dans les nombreux commentaires précipités et superficiels où la fin de Angela Merkel est souvent évoquée. En réalité, Angela Merkel a atteint son objectif principal, celui de guider le prochain gouvernement, ce qui est un puissant facteur de continuité. 

Contrairement au climat anglo-américain, le climat politique de l‘Europe continentale a-t ’-il changé par rapport aux scenarios cauchemardesques de 2016? Pas tout à fait, après les élections allemandes du dimanche 24 septembre 2017. Une réflexion s’impose sur l’Allemagne et l’Europe vu la confusion qui règne dans les nombreux commentaires précipités et superficiels où la fin de Angela Merkel est souvent évoquée. En réalité, Angela Merkel a atteint son objectif principal, celui de guider le prochain gouvernement, ce qui est un puissant facteur de continuité.

Quatre ans de stabilité s’annoncent-ils dans le pays situé au centre de l’Europe? Difficile à dire car les images comptent beaucoup dans notre société de la communication. Il faudra suivre attentivement les négociations qui seront conduites par Merkel en vue de former une coalition. En effet, des signaux importants indiquent que la crise européenne et la crise de l‘Eurozone ne sont pas encore vraiment surmontées : les deux partis de la grande coalition paient cher pour leur courage (- 14% au total). Les élections comportaient deux enjeux principaux. Tout d‘abord, le degré de l’acceptation populaire de la Willkommenkultur adoptée par le gouvernement de coalition CDU-SPD, une politique à la fois généreuse et raisonnable d’accueil et d’intégration des réfugiés (1.200.000 en 2015). Ensuite, la politique gouvernementale de défense obstinée de l’Euro, avec le rejet de la proposition en 2015 du Ministre Schäuble d’exclure la Grèce de la zone Euro ainsi que des demandes pressantes en faveur de taux d‘intérêt plus élevés, contre la politique de Draghi à la BCE, revendication soutenue par des milieux très importants comme la Frankfurter allgemeine Zeitung. L’extrême droite nationaliste de l’AFD (Alternative für Deutschland) et le parti libéral  (FDP) en ont  profité.

On ne se rendait pas assez compte en dehors de l‘Allemagne de l’importance des résistances internes rencontrées par le gouvernement de la coalition CDU-SPD. Celle-ci a soutenu pendant huit ans non seulement une notion hautement politique du projet Euro, mais aussi l’engagement hétérodoxe de la BCE de Draghi en faveur de la croissance (Quantitative easing), deux choix très difficiles et coûteux en terme de consensus interne, dans l’opinion publique, au sein des partis, au Bundestag et à la Cour constitutionnelle.

Le SPD a payé le prix le plus élévé. Le résultat décevant de Martin Schulz, dont le parti obtient avec 20% le pire score depuis 1945, est dû à la capacité de la Chancelière, dans le cadre d’un glissement vers la droite de l’axe politique, d’occuper le centre de la scène politique et d‘absorber les propositions et les succès de la sociale démocratie, en quelque sorte de kidnapper ses conquêtes:  le salaire minimum, les pensions à 63 ans, la sortie du nucléaire, le mariage pour tous, le sauvetage de l‘Euro…  Le SPD ne parvient pas à tirer profit de son rôle dans le gouvernement - il a en effet été au gouvernement pendant deux législatures avec la CDU - ni à représenter les perdants ou les critiques, les victimes de la persistance des déficits de la justice sociale, le scandale du Diesel, ceux qui dénoncent l’intégration difficile des immigrés islamiques.  

Le principal parti socialiste européen (le SPD) sera donc confronté à un dilemme très dur, qui fera l’objet d’un débat interne fort incertain: Schulz, très affaibli, annonce le passage à l’opposition pour récupérer son autonomie politique par rapport à une Chancelière ‘Dracula’, ‘attrape–tout’.  Mais, s’il laisse ainsi la voie libre à une coalition dite ’Jamaica’, d’ailleurs très difficile et contradictoire (c’est-à-dire de la CDU-CSU avec les Libéraux, 10% et les Verts, 9%), il renforce leur pouvoir de négociation avec la CDU: un FDP euro-tiède risque ainsi de produire un infléchissement de la nouvelle coalition dans un sens qui ne sera pas pro-européen, ni à la hauteur des défis internes de l’UE (emploi, réforme de la zone euro) ni des défis internationaux (paix et indépendance de l’UE par rapport à Trump). Reiner Hoffman, président de la confédération allemande des syndicats (la DGB), interviewé par nous, voit dans une éventuelle coalition CDU-FDP le pire danger tant interne qu’européen.

Si le SPD devait vraiment décider de passer à l’opposition, Merkel n’aurait pas de choix et devrait peut-être céder aux nouveaux alliés non seulement le ministère des affaires étrangères mais aussi le ministère des finances. Les propos de Christian Lindner (leader du FDP) lors du Wahlrunde - émissiontélévisée post-électorale du dimanche 24 septembre - annoncent une opposition au budget de la zone Euro et à l’idée d’un Ministre européen des finances qui fera regretter W. Schäuble aux pays endettés. Ces derniers ne se rendent pas compte que l’Allemagne est aussi une démocratie et que la politique de la grande coalition avait atteint le maximum de générosité aujourd’hui supportable par l’opinion publique allemande.

FDP et Verts ne comptent que comme « junior partners » au niveau de la détermination de la ligne politique gouvernementale et les Verts sont nettement opposés au FDP concernant la politique d’immigration, l’énergie et la solidarité européenne. La négociation à trois sera donc très longue et dure ; beaucoup dépendra de la volonté de Merkel d’aboutir à un accord. En alternative, selon l’entretien que nous a accordé le très préoccupé directeur de la revue Neue Gesellschaft, le prof Thomas Meyer, elle pourrait menacer des nouvelles élections et ainsi convaincre le SPD de revenir sur sa décision et d’accepter une fois encore la grande coalition comme un moindre mal.

L’Allemagne et l’Europe sont traumatisées par le succès des populistes du parti Alternative für Deutschland (AfD) qui font leur entrée au Bundestag (94 députés avec 12,6%). Ce parti devient le deuxième parti dans l’ancienne Allemagne de l’est, le premier à Dresde, en raison des carences évidentes d’éducation démocratique (ni du chômage, ni du nombre excessif d‘ immigrés). C’est là une situation très inquiétante, car l’AfD a mené une campagne fort agressive contre Merkel et la coalition, une campagne caractérisée non seulement par la xénophobie et les attaques contre l’UE, mais aussi par la nostalgie du passé et par le révisionnisme. Bien sûr, ils ne sont pas tous des fascistes : les 60% des électeurs de l’AfD ont déposé un deuxième bulletin en faveur d’autres partis (le système allemand permet le vote disjoint) en confirmant ainsi qu’il s’agit d’un vote de protestation et pas d‘adhésion. En outre, il faut examiner le score de ce parti dans une perspective comparée: malgré l’importance de la vague des réfugiés (1 200.000 en 2015), ce score est nettement en deçà des vagues europhobes et anti-immigrées dans les pays européens de l’Ouest (R.U., France, Autriche, Pays Bas...), du Sud (Italie) et de l’Est. On sous-estime trop la portée de la transformation historique majeure, désormais consolidée, de l‘Allemagne, 72 ans après la guerre, en bastion de l’antinationalisme et de la construction européenne, idées fortes qui font l’objet d’un consensus largement majoritaire (85% de l’électorat) incluant les principaux partis démocratiques. Le modèle démocratique allemand, en dépit de ses failles et faiblesses évidentes, reste très consensuel.

Contrairement aux préjugés et à la paresse intellectuelle de ceux qui s’attendent à une Allemagne toujours égale à elle-même, la RFA a accompli depuis les années 60 un changement graduel en rupture radicale avec le passé, ainsi que Habermas et Slojterik l‘ ont aussi souligné.  Elle s’est „de-allemandisée“ durant les dernières décennies et ces élections confirment l’ampleur de la Vergangenheitsbewältigung, la profondeur du changement intervenu dans les mentalités, la mutation spirituelle qui a limité plus qu’ailleurs l’influence des idées de l’extrême droite nationaliste et fasciste.

Si Madame Merkel parvient à constituer une majorité stable, l’UE disposera d’un ancrage de stabilité et d‘un leadership, qui peuvent s’appuyer, non sans problèmes, sur la France pro-européenne de Macron (voir son discours du 26 septembre) pour atteindre ensemble quatre ou cinq ans de stabilité, de croissance et d‘ intégration accrue de l’UE. Merkel est sans doute affaiblie, mais la force non excessive de l’Allemagne c’est là la première condition pour un accord avec les partenaires européens. Ce scénario vertueux ne sera pourtant possible qu‘à deux conditions, renforçant la légitimité et l’efficacité de l’UE :

a) qu‘une politique européenne commune, raisonnable et efficace de l’immigration et de l’asile, de contrôle commun des frontières externes et d’aide à l’Afrique, puisse finalement diminuer l’attrait électoral des partis populistes en Allemagne et dans d’autres pays, notamment en Italie (février prochain), en Belgique, en Autriche, et ainsi sauver la convention de Schengen et l’image morale internationale de l’Europe.

b) que le Conseil et le Parlement fassent, soigneusement, le tri entre, d’une part, les idées très innovatrices proposées par le Président Juncker dans son discours sur l’Etat de l’Union - telles qu’un Ministre et un budget de la zone Euro – et, d’autre part, ses propos qui ont suscité l’incrédulité à Bruxelles, en Allemagne et en Europe, notamment sa proposition d’une « Eurozone à 27 d’ici 2019 ». On sait que le leadership franco-allemand, soutenu par plusieurs pays, travaille au scénario opposé, à une Europe à plusieurs vitesses, ce qui implique la consolidation de la zone Euro à 19 et les coopérations renforcées (articles 20 et 46 TUE). Avancer avec fermeté en ce sens, dans les domaines prioritaires de la sécurité internationale et interne, ainsi que souhaité par le document sur l’avenir de l’UE élaboré par l’Académie Royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-arts de Belgique, c’est la réponse appropriée à l’instabilité internationale et aux populismes, y compris dans les pays de l’Est, alors que l’affaiblissement de la Zone Euro serait un désastre pour tous.

Le résultat des élections allemandes constitue un argument supplémentaire en faveur de cette voie, mais seulement si Merkel, « bastion du monde libre » selon le New York Times (dans le monde des Trump, Erdogan, Putin, Xi Jinping...) sera capable de construire, comme elle l’a annoncé avec sa force tranquille, une coalition stable et dynamique, à la hauteur des attentes internationales.