Institut d'etudes Européennes
De l'Université libre de Bruxelles


Conférence-débat: Le ‘Joint Comprehensive Plan of Action’: entre risques et opportunités. Perspectives pour l’avenir des relations de la République Islamique d’Iran avec les États-Unis et l’Union Européenne

Institute for European Studies
Avenue F. D. Roosevelt 39
1050 Brussels

Le ‘Joint Comprehensive Plan of Action’: entre risques et opportunités. Perspectives pour l’avenir des relations de la République Islamique d’Iran avec les États-Unis et l’Union Européenne

 

Jeudi 30 Novembre 2017 (18h-19:30h)
IEE-ULB (Spaak Room)

39, Avenue Franklin Roosevelt (B-1050 Bruxelles)


Chair: Pr. Firouzeh Nahavandi (ULB-CECID)

Mots de Bienvenue: Pr. Ramona Coman (ULB-IEE, CEVIPOL)

Key-Note Speaker: Dr. Majid Golpour (Chercheur Associé ULB-CIERL)

Discussant – Perspective Européenne : Pr. Mario Telò (ULB-IEE & LUISS)

Discussant – Perspective Américaine: Pr. Hall Garnder (American University of Paris)

 


Abstract


Le Plan d'action global conjoint sur le nucléaire iranien (JCPOA) s'est conclu le 14 Juillet 2015 après 14 années de crise et les rudes négociations du groupe E3+UE+3 avec la R.I.I. Cet accord propose une feuille de route sur 15 ans avec une programmation prévoyant entre autres la fin de l’embargo sur les composants du programme balistique en 2023 et la fin du cadre de l’acquisition du bien nucléaire sensible en 2025.


Le JCPOA prévoit ainsi la suspension progressive (sinon le retour “Snapback”) des multiples sanctions imposées par les Nations unies, les Etats-Unis et l’U.E à l'encontre de la R.I.I. La logique employée pour réussir cet "accord" ou plus précisément "Executive order" sous l'administration d'Obama reste purement juridique et formelle, faisant abstraction de la réalité politique iranienne et de la géopolitique régionale de plus en plus fragmentée, multipolaire et explosive. Cette lacune est au centre du débat actuel, qui suivant le refus du président Thrump pour certifier cet accord, a obligé les membres du congrès américain à procéder à un réexamen du JCPOA en vue de nouvelles modifications (améliorations) voir même d’une annulation.


Pendant ce temps, le flou juridique qui entoure les (Primary and Secondary) sanctions imposées par les Etats-Unis, ainsi que les positions non-alignées de l'Union Européenne avec celles des Etats-Unis sur le comment de la gestion des risques politico-financiers, font hésiter les investisseurs et les banques.


Cette situation va détériorer le climat des affaires et faire encore plus augmenter le niveau des risques, d'ores et déjà bien élevés (voir notre pyramide des risques). L’incertitude s’ajoute aux revendications diamétralement opposées des multiples factions au sein du régime de la R.I.I, lesquelles témoignent de leur volonté d’exercer une certaine influence sur l’agenda du nouveau président, et ce en pleine crise de succession du" guide suprême" .


Dans un contexte géopolitique toujours marqué par de fortes tensions régionales (notamment entre l'Arabie saoudite et l'Iran), nous allons proposer une "Analyse approfondie des facteurs risques et opportunités" dans l'application de l'accord nucléaire et voir comment maximiser les opportunités et minimiser les risques dans ces nouvelles relations